Top14 - Bayonne - 25/10/2013

Compte rendu du match

Montpellier victime d’une avarie

Branle-bas de combat ! On oublie l’intermède Coupe d’Europe, et on se concentre sur le pain quotidien qu’est le championnat, car le MHR a une nouvelle bataille à livrer. Et pas des moindres … Une bataille face à l’Aviron Bayonnais, navire en détresse, plongé dans les bas-fonds du Top 14. Mais rien de très évident pour autant. Car défier l’Aviron sur ses terres, et devant son public chaud bouillant n’est jamais une partie de plaisir. Pas question pour autant d’assister à une mutinerie. Le MHR doit rebondir, alors à l’abordage !

Des premières minutes assez calmes qui font office de round d’observation, le doute étant présent dans les deux camps. Pas de risque de part et d’autre. Les quelques fulgurances sont l’œuvre des avants montpelliérains, très actifs en début de match. Un paquet d’avant qui met à mal son homologue bayonnais sur mêlée pour offrir à Benoit Paillaugue l’occasion de porter le premier coup de fusil. 0-3 après un peu moins d’un quart d’heure. De quoi vexer les locaux qui répondent eux aussi par leur gros, dont le maul offre à une vieille connaissance montpelliéraine, Bustos-Moyano, l’occasion d’égaliser. Petit coup de pouce du destin, sa frappe tape le poteau pour atterrir dans les bras de ses coéquipiers qui se chargent de servir Rococoko, lancé, qui aplatit le premier essai du match.7-3 après 20 minutes. Et les bleus et blancs de l’Aviron n’arrêtent pas pour autant leurs offensives. Une nouvelle pénalité de Bustos-Moyano, cette fois-ci convertie, offre 7 points d’avance aux basques. Mais le MHR n’a pas l’intention de se laisser mettre la tête sous l’eau, et récupère une superbe munition sur un lancé adverse. Après une succession d’attaques au ras, le ballon est sorti sur Selponi qui, d’une belle prise d’intervalle, remet les deux équipe à égalité. 10-10 après une demi-heure. Seulement voilà, le combat est rude et la moindre erreur se paye cash. Une interception de Brett et une longue passe allongée sur Bustos-Moyano amène le diable argentin à inscrire le deuxième essai des siens après une belle accélération et un joli coup de pied à suivre, lui qui avait inscrit 3 points supplémentaires juste avant. Essai non transformé, et 18-10, avant que Paillaugue ne ramène les siens à 5 points sur la sirène. 18-13 après le premier acte et la bataille est loin d’être finie. Des bayonnais qui n’ont aucune envie de mettre un terme aux hostilités et qui enchainent de nombreux temps de jeu par le biais de leurs avant, de quoi permettre à Bustos-Moyano d’aggraver la marque. 21-13. Montpellier répond par quelques initiatives personnelles, à l’image de cette percée magistrale de Benoit Sicart qui part de ses 22 et manque d'inscrire l’essai de la saison en enchainant crochets, raffuts, débordements, avant d’être repris à 5 mètres de la ligne bayonnaise. Un coup d’épée dans l’eau. Avant que Benoit Paillaugue ne réussisse un coup de pied de 60 mètres pour ramener son équipe à 5 points. 21-16 à 20 minutes du terme, la bataille fait rage. Et Paillaugue remet ça quelques minutes plus tard à l’issue d’un beau travail du 8 de devant en mêlée. 21-19. Nos cistes se sont donc remis dans le sens de la marche grâce à un certain pragmatisme, pour ne pas dire un pragmatisme certain. Une deuxième période qui s’est limitée à un bras de fer tactique entre les états major des deux équipes. Mais dominé tout au long du match en mêlée, le monstre à 8 pattes bayonnais gagne peut-être là plus importante du match sur introduction montpelliéraine, pour donner l’occasion à Bustos-Moyano de mettre les siens à l’abri d’une pénalité ou d’un drop. 24-19 à 5 minutes du terme. Plus rien ne sera marqué, malgré une dernière tentative d’attaque montpelliéraine avortée.

Montpellier voulait se rassurer après sa défaite face à l’Ulster, mais Montpellier a raté le coche malgré un bonus défensif. Emmenés par un Bustos-Moyano impeccable, les bayonnais ont surpris un MHR pourtant averti  qui a été ce soir à court de munitions pour faire chavirer l’Aviron. Nos bleus avaient l’occasion de prendre le large, mais ils restent finalement à quai.

Texte: Adrien Lignères

Photos: Max Berullier et Aviron Bayonnais

Points AB :

Pénalités : Bustos-Moyano (25ème, 35ème, 46ème, 74ème)

Essais : Rococoko (18ème), Bustos-Moyano (36ème)

Transformations : Bustos-Moyano (19ème)

Points MHR :

Pénalités : Paillaugue (13ème, 40ème, 60ème, 68ème)

Essais : Selponi (28ème)

Transformations : Paillaugue (29ème)

Composition AB :

1. JC Van Rensburg (59ème: 17. Aretz Iguiniz)– 2. David Roumieu – 3. Gert Muller (59ème : 23. Neemia Tialata) – 4. Dewald Senekal  (56ème: 19. Jean Monribot) – 5. Lisiate Fa’aoso – 6. Mark Chisolm – 7. Jean-Jo Marmouyet (63ème : 18. Dwayne Haare) – 8. Opeti Fonua – 9. Mathieu Bélie – 10. Stephen Brett – 11. Marvin O’Connor – 12. Santiago Fernandez – 13. Joe Rococoko – 14. Martin Bustos-Moyano – 15. Scott Spedding

Composition MHR:

1. Mischa Nariashvili – 2. Mickaël Ivaldi (55ème: 16. Charles Géli)– 3. Nicolas Mas (55ème: 17. Maximiliano Bustos)– 4. Jim Hamilton (55ème: 18. Thibaut Privat) – 5. Robins TChalé-Watchou – 6. Alexandre Bias – 7. Mamuka Gorgodze – 8. Kélian Galletier – 9. Benoit Paillaugue – 10. Enzo Selponi (56ème: 21. François Trinh-Duc) – 11. Yohann Artru – 12. Hamish Gard (48ème: 22. Anthony Tuitavaké) – 13. Thomas Combezou – 14. Timoci Nagusa – 15. Benoit Sicart (73ème: 20. Jonathan Pélissié)

 

 

Photos
Vidéos