Top14 - Bordeaux-Bègles - 25/01/2014

Compte rendu du match

Un cru qui n’a pas tourné au vinaigre

Inutile de vous le rappeler, vous êtes tous au courant, ce match est primordial. Comme le prochain d’ailleurs. Et celui d’après. Et celui qui suit … Bref tous les matchs jusqu’à la fin de la saison. Parce que le MHR n’a plus de marge de manœuvre. Le moindre faux pas à domicile nous obligera donc à regarder les phases finales à la télé. Autant donc profiter de la réception de Bordeaux pour montrer vraiment ce que vaut ce millésime héraultais 2013-2014. Nos Cistes veulent servir un grand cru, espérons juste que l’on n’aura pas droit à une piquette. 
 
Et le match commence tambour battant car dès la deuxième minute, après une mêlée, Trinh-Duc saute la passe pour Tuitavake qui décale Bérard pour fixer son adversaire et servir parfaitement Nagusa qui n’a plus qu’à allonger sa course pour aplatir en coin. Essai non transformé et 5-0. Entame parfaite qui laisse présager d’une rencontre endiablée entre deux équipes très joueuses. Le MHR veut imposer son rythme à l’image d’un Rene Ranger impeccable sous un ballon haut qui amorce une relance majuscule qui se termine malheureusement par un en-avant. Qu’à cela ne tienne, car sur la mêlée nos Cistes récoltent une pénalité convertie par Escande. 8-0 après 9 minutes, on a vu pire. En ce début de match, Bordeaux prend l’eau. Entre des avants chauds comme la braise, un Nagusa en canne, il n’y a qu’une équipe sur le terrain pour le moment. Mais même si les intentions et la domination sont montpelliéraines, il ne faut pas pour autant enterrer si tôt ces bordelais qui sur pratiquement leur première incursion en terre héraultaise marquent des points sur pénalité par l’intermédiaire de Bernard. Ce qui fait qu’après un quart d’heure, le MHR mène de 5 points 8 à 3. Pas de quoi affoler le MHR pour autant. Car sous un nouveau ballon haut, Ranger est à nouveau impérial et transperce toute la défense adverse pour remonter le ballon sur 50 mètres. Le jeu est déporté sur Tuitavake qui poussé en touche tente une passe mal ajustée pour Ebersohn à 5 mètres de la ligne. Montpellier veut se rassurer par le jeu et pour l’instant c’est plutôt beau à voir. Les montpelliérains ont faim à l’image de Nagusa et Ranger et récoltent une nouvelle pénalité convertie par Escande. 11-3 après 26 minutes, pour l’instant la récolte est bonne. Et après une pénalité de chaque côté, le score est de 14-6 à 10 minutes de la pause. Qui dit match à enjeu dit forcément un peu de tension, à l’image de Mamuka qui se prend la grappe avec les sauteurs bordelais. Attention à ne pas voir rouge. Une dernière occasion orchestrée par Beattie qui relance depuis ses 22, est relayé par Trinh-Duc qui accélère sur 30 mètres mais qui ajuste mal sa passe. De quoi nous laisser sur notre faim tant le score aurait pu être plus large. Ce n’est que partie remise, espérons le. 
 
Les bordelais, fidèles à leurs principes, envoient du jeu et profitent d’une supériorité numérique pour inscrire un essai par le biais de leur centre Le Bourhis. Essai transformé, et après 2 minutes en deuxième période, le score n’est plus que de 14-13, attention à ce que ça na vire pas au vinaigre …
Mais nos Cistes repartent vite à l’assaut de l’en-but adverse, au point d’obtenir une pénalité convertie par Paillaugue et celle-là elle fait du bien. 17-13 après 47 minutes. Malgré les belles intentions affichés par les bordelais, Montpellier ne veut se faire prendre, et se bat sur chaque ballon, de quoi récolter une nouvelle pénalité convertie par Escande après avoir passé 10 minutes au frigo. 20-13, 7 points d’avance. Une bouffée d’air de courte durée, Bernard ramenant vite les siens à 4 longueurs sur pénalité. Mais il en faut plus pour abattre nos bleus qui sont tous près de marquer un nouvel essai après une belle accélération de Dupont. Mais l’arbitre accorde une pénalité à Escande pour un hors-jeu bordelais, l’occasion de reprendre 7 points d’avance. Occasion réussie et revoilà 7 points d’avance, même si tout se joue dans un mouchoir de poche. C’est alors que François Trinh-Duc sort sa botte magique, pour derrière un ruck adresser un coup de pied dans la diagonale à Ranger dont la passe volleyée atterrie dans les bras de Bérard pour inscrire le deuxième essai du MHR. Essai non transformé, 28-16 un quart d’heure du terme, mais le MHR est réaliste et marque sur chacune de ses incursions. On a beau jouer Bordeaux, pas question de faire les vendanges. La fin de match elle perd en intensité, jusqu’à la dernière minute où la mêlée héraultaise, gros point noir de la soirée, subi au point d’encaisser un essai de pénalité offrant par la même occasion le bonus défensif à l’UBB. 28-23, score final.
 
La victoire contre Trévise avait redonné le moral au MHR, celle-là le conforte dans l’idée qu’il est sur la bonne voie. Un match abouti en termes de jeu, surtout en première période, une cohésion qui s’installe et nos Cistes se relancent. Nos Cistes ont lancé de belle manière le compte à rebours des phases finale avec une victoire contre une belle équipe de Bordeaux qui ne nous rendra pas ivre de bonheur, mais pas loin.
 
Texte : Adrien Lignières
Photos : Fabrice Chort
 
Points MHR :
Pénalités : Escande (9ème, 26ème, 29ème, 53ème, 60ème) Paillaugue (47ème)
Essais : Nagusa (2ème), Bérard (64ème)
 
Points UBB :
Pénalités : Bernard (15ème, 28ème, 57ème)
Essais : Lebourhis (42ème), Pénalité (80ème)
Transformations : Bernard (42ème), Saubusse (80ème)
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili (68ème : 17. Yvan Watremez) – 2. Charles Géli (57ème : 16. Mickaël Ivaldi) – 3. Maximiliano Bustos (66ème : 23. Paea Fa’anunu) – 4. Robins Tchalé-Watchou – 5. Thibaut Privat (54ème : 18. Sitaleki Timani) – 6. Alexandre Bias – 7. Mamuka Gorgodze – 8. Johnnie Beattie (55ème : 19. Alex Tulou) – 9. Eric Escande (66ème : 22. Benoit Paillaugue) – 10. François Trinh-Duc – 11. Timoci Nagusa (51ème : 21. Lucas Dupont) – 12. Robert Ebersohn – 13. Anthony Tuitavake – 14. Rene Ranger – 15. Pierre Bérard
 
Composition UBB :
1. Jean-Baptiste Poux (62ème : Jefferson Poirot) – 2. Wayne Avei (40ème : 16. Benat Auzqui) – 3. Albert Toetu (66ème : 23. Silviu Florea) – 4. Jandre Marais (62ème : 18. Cameron Treloar) – 5. Aliki Fakate – 6. Louis-Benoit Madaule – 7. Hugh Chalmers (57ème : 19. Taiasina Tuifua) – 8. Matthew Clarkin – 9. Heini Adams (66ème : 21. Romain Lonca) – 10. Pierre Bernard (66ème : 20. Manu Saubusse) – 11. Blair Connor – 12. Thibault Lacroix (60ème : 22. Charles Brousse) – 13. Felix Lebourhis – 14. Metuisela Talebula – 15. Darly Domvo
Photos
Vidéos