Top14 - Brive - 04/01/2014

Compte rendu du match

C’est pas le pied …
 
Gagner contre Biarritz c’est bien, mais enchainer contre Brive c’est encore mieux.
Alors oui on ne va pas se le cacher s’imposer en Corrèze est loin d’être une sinécure, les castrais et les toulousains en savent quelque chose. Mais justement ! Lorsqu’on a de l’ambition, il faut être capable de faire mieux que ses concurrents.
Alors si il y a bien une résolution à prendre cette année c’est enfin de sortir le grand jeu loin de Du-Manoir, car qu’on le veuille ou non, la route pour les phases finales passe par là.
 
Début de match équilibré entre deux équipes avec un fort besoin de points. Et comme on pouvait le pressentir, dans un match à fort enjeu et dans des conditions difficiles, ce sont bien les buteurs les premiers à se mettre en évidence, et Germain répond donc à Paillaugue pour porter le score à 3-3 après 10 minutes.
Quelque peu chahutés en mêlée, le gros montpelliérains s’en remettent aux ballons portés si efficaces le week-end dernier pour tenter de mettre en place leur jeu. Mais nos Cistes sont face à équipe de Brive bien gaillarde très habile pour faire déjouer son adversaire. De quoi obtenir même une nouvelle pénalité pour prendre l’avantage pour la première fois du match après 20 minutes. 6-3.
Comme prévu, match à l’ancienne, rugueux, sans envolées, avec uniquement du jeu d’avants, et à ce jeu là ce sont bien les brivistes les plus performants.
Seulement, à vouloir trop bien faire, les brivistes se mettent eux aussi un peu à la faute, et Paillaugue ne se fait pas prier pour remettre les deux équipes à égalité à un quart d’heure de la pause, dans une première période grandement gâchée par les conditions climatiques. Ballon glissant, tout comme les appuis, à ce jeu là, le monstre à 16 pattes du MHR souffre bien plus que son homologue. Résultat des courses le pack briviste obtient une nouvelle pénalité, convertie par Germain avant que l’ouvreur corrézien ne se rende coupable d’une charge illicite avec le fessier, chacun son style, sur Paillaugue qui rate cependant l’occasion de remettre les deux équipes à égalités. Vu les conditions les moindres points laissés en route vont couter cher. Germain l’a compris, lui qui passe tous ses coups de pieds, et même de 50 mètres. 12-6 à quelques minutes de la mi-temps, oui il va falloir s’employer pour sortir vainqueur …
Première période assez pauvre, où seuls les buteurs ont eu la chance de se mettre en avant, et à ce jeu là c’est l’arrière briviste Gaëtan Germain qui pique la vedette à Paillaugue.
 
Et dès la reprise, Germain poursuit son récital après un gros temps fort de ses coéquipiers pour donner 9 points d’avance aux siens.
Pression, engagement, mêlée, touche et score, tout est en faveur du CAB ce soir, et le MHR a les plus grandes peines du monde à exister dans cette rencontre.
Montpellier sort enfin de son silence pour se procurer enfin une occasion d’essai initiée par Ranger et Combezou, puis relayée par les gros mais le ballon glissant échappe des mains bleues. Un coup pour rien et on risque de le regretter.
Action qui a au moins le mérite de réveiller nos Cistes qui récupèrent des ballons intéressants dans le camp briviste. Mais à 17 minutes de la fin, Escande tout juste entrée en jeu rate une nouvelle pénalité. 9 points laissés en route à ce niveau là c’est trop, beaucoup trop. D’autant plus que Ranger réussi une prise d’intervalle mais manque son coup de pied rasant. Nouveau tir à blanc. On ajoute à cela des écrans dans les phases de rucks, et l’issue de ce match semble toute dessinée.
Le MHR pousse tout de même dans ces dernières minutes à la recherche du point de bonus qui ne serait pas immérité. Et la mêlée héraultaise fait ce qu’il faut pour y parvenir. Pénalité obtenue et … à nouveau manquée.
Le MHR jette toutes ses forces dans la bataille pour sur la sirène obtenir une dernière pénalité … convertie par Trinh-Duc !
 
15-9 au bout du suspense et après n’avoir joué que 30 minutes en seconde période, le MHR décroche un énième point de bonus défensif qui comptera à coup sur à la fin. Mais avec 12 points laissés au pied, vous avez un début d’explication sur cette nouvelle défaite héraultaise. Montpellier voulait entamer une nouvelle série positive, raté. Certes les conditions climatiques n’ont pas aidé, mais Montpellier a trop souffert sur les 50 premières minutes pour espérer plus qu’un point. Le fait est qu’il va falloir mettre le bleu de chauffe car le ticket pour les phases finales va être dur à composter.
 
Texte: Adrien Lignières
Photos: Jean-Louis Cucala
 
 
Points CABCL :
Pénalités : Germain (10ème, 19ème, 28ème, 33ème, 43ème)
Essais :
Transformations :
 
Points MHR :
Pénalités : Paillaugue (7ème, 24ème), Trinh-Duc (80ème)
Essais :
Transformations :
 
Composition CABCL :
1. Karlen Asieshvili (50ème : 17. Goderzi Shvelidze) – 2. Guillaume Ribes – 3. Patrick Barnard (50ème : 23. Kevin Buys) – 4. Julien Ledevedec – 5. Arnaud Mela – 6. Petrus Hauman (74ème : 19. Hugues Briatte) – 7. Dominiko Waqaniburotu – 8. Sisa Koyamaibole – 9. Jean-Baptiste Péjoine (63ème : 20. Thomas Sanchou) – 10. Riaan Swanepoel – 11. Malakai Radikedike (71ème : Alfi Mafi) – 12. Thomas Laranjeira (79ème : 21. Romain Sola) – 13. Arnaud Mignardi – 14. Guillaume Namy – 15. Gaëtan Germain
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili (49ème : 17. Yvan Watremez) – 2. Mickaël Ivaldi (53ème : 16. Charles Géli) – 3. Nicolas Mas (49ème : 23. Maximiliano Bustos) – 4. Jim Hamilton – 5. Thibaut Privat (49ème : 18. Sitaleki Timani) – 6. Kélian Galletier – 7. Mamuka Gorgodze – 8. Alex Tulou (55ème : 19. Johnnie Beattie) – 9. Benoit Paillaugue (61ème : 20. Eric Escande) – 10. François Trinh-Duc – 11. Yoan Audrin – 12. Thomas Combezou – 13. Rene Ranger – 14. Timoci Nagusa – 15. Pierre Bérard
Photos
Vidéos