Top14 - Clermont - 21/09/2013

Compte rendu du match

Montpellier éteint le volcan

Le week-end dernier ? C’est du passé ! On oublie ce rendez-vous en terre catalane et on se concentre sur une seule chose, Clermont. Parce que c’est bien de cela dont il s’agit. On parle bien du leader du TOP 14, du champion de France 2010, du vice-champion d’Europe 2013, sans oublier de mentionner leurs nombreux titres de vice-champions de France. Jouer Clermont c’est toujours un évènement. C’est pour cela qu’un certain parfum de phase finale s’est emparé du stade Yves du-Manoir. Ce parfum si familier pour deux équipes lancées dans cette course folle qu’est le TOP 14, et qui ont souhaité profiter de cette 7ème étape pour prendre des points au classement général.
 
Un début de match où le MHR a vite prit les choses en main menant rapidement 6-3, et ce malgré avoir été cueilli à froid par une pénalité de Parra. Est alors venue l’heure de la première occasion ratée. Une chandelle tapée par Trinh-Duc et récupérée magistralement par Olivier aurait dû envoyer nos bleus à l’essai mais un en-avant de passe est venu gâcher l’action. Heureusement l’avantage laissé par l’arbitre a permis à Pélissié de réussir son troisième coup de pied de la soirée. 9-3, mais l’écart au score aurait dû être plus conséquent. Mais le MHR compte dans ses rangs un homme de grande classe car à la sortie d’un ruck Pélissié s’est rappelé au bon souvenir de Clermont pour prendre l’intervalle et placer une accélération magique laissant ses concurrents dans le vent avant de mystifier d’un crochet mémorable Monsieur Sivivatu, excusez du peu !  Essai transformé et 16-3 après 25 minutes de jeu. L’entame de Perpignan a été mise aux oubliettes, c’est officiel. Ce Pélissié là est un génie, et ne s’est pas privé de nous le démontrer, à nouveau, en jouant une pénalité rapide, en plaçant un coup de pied rasant, et en profitant d’un rebond favorable pour filer, encore une fois, en terre promise. Après un peu plus d’une demi-heure, Pélissié 23, Clermont 3. La team MHR a su placer une attaque, et s’échapper quand il le fallait. Pélissié ne s’est pas arrêté en si bon chemin pour réussir une autre pénalité et permettre aux siens de mener 26-3. Les clermontois ne sont pas resté dans la roue des pensionnaires de Du-Manoir bien longtemps et si le score n’a plus évolué jusqu’à la sirène, à mi-course, le MHR a fait un pas de géant vers la victoire finale.
 
Une deuxième période qui a commencé de la même manière que s’était finie la première, par des points de … Pélissié. Un coup de pied tendu majuscule à plus de 40 mètres. 29-3. Et pas question de s’arrêter là !  Un ballon intercepté par Ouedraogo et éjecté sur Nagusa a envoyé Trinh-Duc aplatir le 3ème essai de la soirée après des relais de Olivier et Tuitavaké. Du vrai rugby champagne. 36-3. Une agressivité débordante qui a permis à nos Cistes de récupérer grand nombre de ballons et de pousser son adversaire du soir à commettre des fautes inhabituelles. En perte totale de vitesse, l’ASM s’en est remise à ses baroudeurs pour se révolter mais rien n’y a fait et le carton jaune infligé à Sivivatu n’a pas facilité la tâche des clermontois. Carton jaune qui s’est payé cash, car à la suite d’un pilonnage des avants, Pélissié a pu éjecter sur Trinh-Duc qui, profitant d’un intervalle, s’en est allé planter son deuxième essai personnel malgré un retour clermontois. Bonus offensif acquis ! Un essai transformé par Trinh-Duc lui-même et à l’heure de faire les comptes, à l’approche du dernier quart d’heure, il a fallu se pincer pour croire le tableau d’affichage. 43-3 ! C’est à ce moment-là  qu’arrive ce moment de communion grandiose, où Jonathan Pélissié sort sous un standing ovation à la hauteur de sa performance. Et oui la fête a été complète ce soir. 
 
Montpellier avait à cœur de montrer que la défaite à Perpignan était un accident, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il l’a fait de bien belle manière. C’est un véritable raz-de-marée qui s’est abattu sur Clermont. Les Auvergnats restaient sur 4 défaites en terres héraultaises, mais celle-là va rester dans les mémoires. Le Top 14 est une course rude, âpre et parsemée d’embûches, mais au soir de la 7ème étape, il possède un nouveau maillot jaune, et ce n’est pas celui qu’on croit.
 
Points MHR :
Pénalités : Pélissié (8ème, 15ème, 20ème, 34ème, 42ème)
Essais : Pélissié (25ème, 31ème), Trinh-Duc (44ème, 66ème)
Transformations : Pélissié (26ème, 32ème, 44ème), Trinh-Duc (67ème)
 
Points ASM :
Pénalités : Parra (1ère)
 
Composition MHR :
1. Yvan Watremez (56ème : 23. Na’ama Leleimalefaga) – 2. Mickaël Ivaldi (56ème : 16. Charles Géli) – 3. Maximiliano Bustos (50ème : 17. Nicolas Mas) – 4. Robins Tchalé-Watchou – 5. Thibaut Privat (51ème : 18. Mickaël De Marco (75ème : 19. Kélian Galletier)) – 6. Fulgence Ouedraogo – 7. Alexandre Bias – 8. Alex Tulou – 9. Jonathan Pélissié (68ème : 20. Benoit Paillaugue) – 10. François Trinh-Duc – 11. Yoan Audrin – 12. Wynand Olivier – 13. Anthony Tuitavaké (64ème: 21. Thomas Combezou) – 14. Timoci Nagusa – 15. Anthony Floch
 
Composition ASM :
1. Vincent Debaty (55ème: 17. Raphaël Chaume) – 2. Benjamin Kayser  16ème: 16. Benoit Cabello) – 3. Daniel Kotze (52ème: 23. Clément Ric) – 4. Jamie Cudmore (18ème: 18. Julien Pierre) – 5. Loïc Jacquet – 6. Julien Bonnaire – 7. Gherard Vosloo (56ème : 19. Alexandre Lapandry) – 8. Damien Chouly – 9. Morgan Parra – 10. Ludovic Radosavljevic  (50ème: 20. Gavin Hume) – 11. Napolioni Nalaga – 12. Wesley Fofana – 13. Benson Stanley – 14. Sitiveni Sivivatu (68ème: 21. Regan King) – 15. Lee Byrne (44ème : 22. Jean-Marcelin Buttin)
 
Photos
Vidéos