Top14 - FCG - 22/08/14

Compte rendu du match

Au bout du suspense !

Bon on ne va pas se mentir, une défaite à la maison en ouverture du championnat ça fait désordre. Surtout quand on s’appelle le MHR et qu’on prétend légitimement au titre. Mais dans leur malheur, et au passage le notre aussi, nos Cistes ont une occasion en or de se rattraper voire de se racheter. Hasard du calendrier, l’Altrad Stadium est le théâtre des deux premières journées de ce nouveau Top 14. Recevoir deux fois consécutivement, l’occasion est trop belle pour remettre les choses dans l’ordre et définitivement démarrer cette nouvelle saison. Même si en face Grenoble, fort d’un bonus défensif ramené d’Auvergne et d’une ambition débordante, ne compte pas venir en victime expiatoire. Et pour être franc, ce n’est peut-être pas plus mal. 
 
Timide la semaine passée, l’entame est cette fois-ci de meilleure facture côté héraultais. Une volonté de vite remettre les points sur les « i ». Et c’est Paillaugue qui concrétise au pied le travail de ses coéquipiers pour ouvrir le score à la 11ème minute. Mais Grenoble n’est pas en reste à l’image de sa flèche Ratini menaçant sur chacune de ses prises de balle. Mais ce sont bien les montpelliérains qui mettent la pression dans ces 20 premières minutes poussant les grenoblois à la faute à l’image d’un coup de pied dévissé et d’une passe en-avant en l’espace de 3 minutes. Les avants héraultais mis à mal contre le Racing veulent mettre un point d’honneur à montrer leur vrai visage, notamment en mêlée, concassant leurs adversaires et offrant la possibilité à Paillaugue de rajouter 3 points de plus. 6-0 après 21 minutes de jeu. En léger manque d’inspiration devant, on va mettre ça sur le compte de la pression du résultat, la défense héraultaise elle est au rendez-vous. Agressive sur les placages et emmenée par un très bon Timani, elle repousse les assauts isérois par des caramels qui ont de quoi satisfaire les gourmands. Il faut bien ça pour réveiller tout le monde tant le premier acte est fermé et pas très emballant … Preuve en est le score à la pause, 9-0 après une nouvelle pénalité sur la sirène consécutive à une mêlée. On s’attendait à ce que une vague bleue déferle sur les grenoblois, on aura eu droit qu’à une houle, suffisant néanmoins pour rejoindre les vestiaires à l’abri d’un essai transformé.
 
Grenoble, loin d’être impressionné attaque très fort la deuxième période avec une attaque au large qui arrive sur Ratini dont les cannes ne l’empêchent d’aller en touche en aplatissant. Grosse sueur froide … Le jeu se décante enfin à l’image d’une équipe grenobloise qui joue tous les coups à fond, insuffisant cependant pour franchir la défense pour l’instant hermétique du MHR, si ce n’est sur une pénalité de Wisniewski ramenant les siens à 6 points de leurs hôtes. Mais il en faut plus pour décourager ces valeureux isérois qui repartent directement à l’assaut de l’en-but adverse pour après une série de pilonnages atterrir en terre promise grâce à Buckle et passer devant 9-10 après 55 minutes. A force de jouer avec le frein à main, les Cistes en payent les frais. Un vrai coup de massue dont profitent les grenoblois en négociant à merveille un surnombre pour envoyer Ratini aplatir en coin malgré la vidéo. Essai auquel s’ajoute un carton jaune pour Ranger. 9-17 et à 14 contre 15. Pour ceux qui pensaient que le scénario du Racing était terrible, rassurez-vous on a trouvé pire … Le couteau sous la gorge, Montpellier n’a plus d’autre choix que d’attaquer, et la botte de Pélissié ramène le MHR à 5 points et refait naitre l’espoir à 10 minutes de la fin, d’autant plus quand Roodt s’en va lui aussi faire un tour au frigo … Montpellier joue son va tout en trouvant la touche sur chaque pénalité. Stratégie payante car à l’issue d’une mêlée encore une fois dominatrice consécutive à une touche, Tulou se saisit du cuir pour franchir l’en-but. Mais l’essai n’est pas transformé. 17-17 à 5 minutes de la fin, et malgré la température clémente, tout le stade frissonne. Montpellier se lance donc à corps perdu à la recherche de son premier succès. Un coup de pied derrière le ruck de Pelissié récupéré à merveille par Fall amène les Cistes à pilonner la ligne adverse … poussant même les grenoblois à la faute ! La sirène retentit et Pélissié, à l’endroit même où il avait raté la transformation prend ses responsabilités … Sans trembler l’ancien grenoblois enfonce ses anciens coéquipiers en offrant un succès ô combien important aux bleus et blancs. 20-17 au bout du suspens après avoir été mené 9-17, ce MHR là a du caractère, mais qu’est-ce qu’il joue avec nos nerfs et nos petits cœurs fragiles … 
 
Quoiqu’il en soit voilà un succès qui lance enfin la saison et qui va faire un bien fou à la tête. Et ce n’est pas négligeable, car après avoir dompté les Alpes, nos Cistes se lancent à l’assaut de la montagne auvergnate. Une autre histoire, mais qu’à cela tienne !
 
Texte: Adrien Lignières
Photos: Fany Durand / Max Berullier
 
Points MHR :
Pénalités : Paillaugue (11ème, 21ème, 40ème), Pélissié (69ème, 80ème)
Essais : Tulou (74ème)
 
Points FCG :
Pénalités : Wisniewski (53ème)
Essais : Buckle (55ème)
Transformations : Wisniewski (55ème)
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili – 2. Mickaël Ivaldi (63ème : 16. Thomas Bianchin) – 3. Nicolas Mas – 4. Sitaleki Timani – 5. Thibaut Privat (53ème : 21. Antoine Battut) – 6. Fulgence Ouedraogo – 7. Alexandre Bias (63ème : 18. Robins Tchalé-Watchou) – 8. Alex Tulou – 9. Benoit Paillaugue (63ème : 20. Jonathan Pélissié) – 10. François Trinh-Duc – 11. Rene Ranger – 12. Robert Ebersohn – 13. Anthony Tuitavake (63ème : 22. Benjamin Fall) – 14. Timoci Nagusa – 15. Pierre Bérard
 
Composition FCGR :
1. Alexandre Dardet (40ème : 17. Albertus Buckle)– 2. Arnaud Héguy (53ème : 16. Anthony Hegarty) – 3. Richard Choirat (40ème : 23. Jono Owen) – 4. Ben Hand – 5. Hendrik Roodt – 6. Henry Vanderglas – 7. Fabien Alexandre – 8. Rory Grice – 9. Charl McLeod – 10. Jonathan Wisniewski – 11. Gio Aplon – 12. Nigel Hunt – 13. Jackson Willison – 14. Alipate Ratini – 15. Benjamin Thiery (53ème : 22. Julien Caminati)
Photos