Top14 - Perpignan - 15/02/2014

Compte rendu du match

Que du bonus !

Une saison ne tient vraiment pas à grand chose. Il y a un peu plus d’un mois, au cœur de l’hiver, après une nouvelle défaite à Brive, le MHR se retrouvait éjecté du top 6.  De quoi craindre pour la suite de la saison … Mais samedi dernier, vers 23h00, après un ultime coup de pied de Benoit Paillaugue, tous ces doutes étaient en partie dissipés et l’optimisme pointait à nouveau le bout de son nez. Et alors que la logique aurait voulu que cette réception de nos voisins catalans se joue le couteau sous la gorge, elle offre la possibilité pour nos Cistes de conforter leur place dans les 6 premiers.  Une occasion en or. Encore faut-il ne pas la gâcher car vous l’aurait bien compris, il n’y a aucune logique dans le sport.
 
Mais le MHR ne veut pas gâcher l’excellent résultat acquis à Toulouse. La mêlée est conquérante d’entrée de jeu et Paillaugue récompense le bon travail de ses avants en ouvrant le score sur pénalité après 4 minutes de jeux. Seulement, Perpignan a autant besoin de points que nous. Et un petit coup de pied par-dessus récupéré par Hook, envoi Mafi à l’essai. Début de match tonitruant, mais pas dans le bon sens … 3-7 pour l’USAP après 6 minutes. Essai auquel répond immédiatement François Trinh-Duc par un drop bien venu. Ca sent le gros match ! Surtout que Hook rajoute 3 nouveaux points pour porter le score à 6-10 après 9 minutes de jeu. On est parti sur de très grosses bases. Montpellier ne veut pas se laisser marcher sur les pieds. Et à la sortie d’un ruck, la passe sautée de Trinh-Duc trouve Floch dans l’intervalle qui fixe magnifiquement sont vis-à-vis pour servir Ranger qui n’a plus qu’à courir aplatir son 1er essai en Top 14. 13-10 puis 13-13 après une nouvelle pénalité de Hook sur le renvoi. Ce derby du Languedoc tient toutes ses promesses. L’USAP ne lâche rien du tout et tels des morts de faim les catalans, après un beau travail de Hook décidément très en vue, pilonnent la ligne héraultaise. Sans conséquences heureusement et celui qui s’attendait à un match facile peut être déçu … L’USAP récupère des points sur chacune de ses incursions à l’image de Hook qui convertit une nouvelle pénalité à la 23ème minute. Les catalans sont agressifs sur tous les impacts et nos Cistes ont bien du mal à développer leur jeu … Mais Montpellier compte dans ses rangs un François Trinh-Duc qui a les crocs ! Un plaquage défensif d’une telle intensité qu’il récolte une pénalité convertie par Paillaugue à la 28ème pour remettre les deux équipes à égalité, 16-16. Une pénalité qui fait du bien aux héraultais qui envoient du jeu et à l’issue d’une séquence de hourra rugby ponctuée par une percée de Grant, le jeu est déporté sur Tulou en position d’ailier qui plonge en coin. Un essai magnifique transformé par Paillaugue. 23-16, du beau jeu, du suspense, que demande le peuple ? 
Un doublé de Ranger peut-être ? Y’avait qu’à demander. Après un ballon porté, Trinh-Duc à 10 mètres de l’en-but tape un coup de pied rasant parfait pour son ailier qui fait parler sa puissance pour tendre le bras sur la ligne. 30-16 à 3 minutes de la pause. Perpignan n’existe plus et le MHR récupère une pénalité sur une mêlée catalane. 3 points de plus et le MHR rejoint les vestiaires en menant 33-16. On a hâte que la seconde période commence !
 
Dès le retour des vestiaires, l’USAP récolte une pénalité sur mêlée pour revenir un peu au score.
Un peu seulement, car après une succession de pénalités tapées en touche, Tulou s’extirpe d’un ruck pour aplatir entre le perches et offrir le bonus aux siens. 40-19 après 47 minutes de jeu. Montpellier est lancé et les catalans ne voient plus la gonfle, à part pour engager après une nouvelle pénalité de Paillaugue à la 58ème pour porter le score à 43-19. L’issue de la rencontre est connue depuis un bon moment et le match perd en intensité côté montpelliérain. L’USAP en profite donc pour se montrer menaçant en supériorité numérique et met en danger le bonus héraultais. Mais la défense de nos Cistes tient le coup malgré tout pour se sortir de cette mauvaise passe. Et puis vient une impression de déjà vu. Une déviation en touche près des 50 sur Escande qui contourne tout le monde, feinte la passe, évite le placage pour filer entre les perches nous rappelant son collègue Pélissié contre Toulouse ici même il y a quelques mois. 50-19 et voilà le bonus sécurisé. De quoi enflammer les spectateurs de Du-Manoir qui vont passer les dernières minutes l’esprit tranquille. 
 
Plus rien ne sera marqué et Perpignan ne s’en plaindra pas. Après un début de match très délicat, nos Cistes ont passé la seconde, voire même la troisième, pour survoler cette rencontre. Une victoire à 5 points qui fait un bien fou et qui offre provisoirement la seconde place à nos bleus. Qui l’aurait cru, il y a un peu plus d’un mois, au cœur de l’hiver, après une nouvelle défaite à Brive ? Pour l’heure le moral est au beau fixe avant d’aller défier Clermont sur ses terres. Une autre histoire, mais comme on dit, l’appétit vient en mangeant. 
 
Texte : Adrien Lignières
Photos : Fabrice Chort
 
Points MHR :
Drop : Trinh-Duc (7ème)
Pénalités : Paillaugue (4ème, 28ème, 40ème, 57ème)
Essais : Ranger (11ème, 36ème, Tulou (30ème, 47ème), Escande (75ème)
Transformations : Paillaugue (12ème, 31ème, 37ème, 47ème), Escande (76ème)
 
Points USAP :
Pénalités : Hook (9ème, 13ème, 23ème, 43ème)
Essais : Mafi (5ème)
Transformations : Hook (6ème)
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili (63ème : 17. Yvan Watremez) – 2. Charles Géli (66ème : 16. Thomas Bianchin) – 3. Maximiliano Bustos (51ème: 23. Nicolas Mas) – 4. Robins Tchalé-Watchou – 5. Thibaut Privat (51ème : 18. Sitaleki Timani) – 6. Alexandre Bias – 7. Paul Grant (73ème : 19. Fred Quercy) – 8. Alex Tulou (58ème : 21. Johnnie Beattie) – 9. Benoit Paillaugue (68ème : 20. Eric Escande) – 10. François Trinh-Duc – 11. Lucas Dupont – 12. Robert Ebersohn – 13. Anthony Tuitavake – 14. Rene Ranger – 15. Anthony Floch
 
Composition USAP :
1. Sébastien Taofifenua (48ème : 17. Sona Taumalolo) – 2. Guilhem Guirado (57ème : 16. Romain Terrain) – 3. Giorgi Jgenti (51ème : 23. Paulica Ion) – 4. Sébastien Vahaamahina – 5. Romain Taofifenua (57ème : Guillaume Vilaceca) – 6. Jean-Pierre Perez (40ème : 19. Justin Purll) – 7. Alasdair Strokosch – 8. Daniel Leo – 9. Dewaldt Duvenage (48ème : 20. Tom Ecochard) – 10. Tommy Allan – 11. Watisoni Votu – 12. Sione Puikala – 13. Lifeimi Mafi (63ème : 21. David Marty) – 14. Joffrey Michel (40ème : 22. Tommaso Benvenutti) – 15. James Hook
Photos
Vidéos