Top14 - RM92 - 16/08/14

Compte rendu du match

Ça commence mal …

Enfin ! C’est qu’il avait commencé à nous manquer ce satané TOP 14. En même temps, 3 mois d’abstinence c’est long … Depuis un certain drame lillois pour être précis, mais on va éviter de se ressasser cette histoire de pénalité. Non, ce qui nous intéresse aujourd’hui c’est cette nouvelle saison de notre série à suspense préférée, dont le premier épisode nous offre déjà un duel de choix entre deux des principaux protagonistes. Montpellier – Racing, deux prétendants revanchards, qui souhaitent d’entrée dicter leur loi. Surtout nos Cistes, car qu’on se le dise, il serait temps d’enfin s’imposer en ouverture du championnat, qui plus est face à un concurrent, qui plus est dans notre écrin fraichement renommé. Alors on oublie les matchs amicaux, on oublie le passé, on se concentre sur cette nouvelle histoire. Nouvelles tuniques, nouveaux visages, et on l’espère, nouveaux exploits, attention mesdames et messieurs, dans un instant, ça va commencer ! 
 
Après un début un peu timide, le MHR met vite la main sur le ballon pour mettre du rythme. Pourtant on sent bien que c’est la reprise, les imprécisions sont de sorties, notamment en touche et le jeu a du mal à se mettre en place … Et le Racing ne se fait pas prier pour sur sa deuxième attaque planter la première banderille. Après un pilonnage des gros, le ballon atterrit dans les mains de Dumoulin qui casse 3 placages pour filer entre les perches malgré peut-être un léger écran. 0-7 après 20 minutes, pas vraiment le début de match espéré … Le MHR dominait, mais après cet essai de Dumoulin, le vent semble tourner. Mais le MHR a du répondant et passe tout près de l’égalisation sur le renvoi. Après une mêlée gagnée, le coup de pied à suivre de Trinh-Duc rebondit sur le poteau, et Ebersohn lancé comme un frelon ne peut maitriser le cuir. L’avantage en cours permet néanmoins à Trinh-Duc de réduire la marque sur pénalité. Montpellier tente de faire le forcing mais en vain. Possession de balle, domination territoriale, tout y est mais les fautes de mains viennent gripper la machine. L’engagement y est, et en ce week-end noir sur les routes, les bouchons ne sont pas que sur l’A9 en témoigne une partie de manivelles (déjà la deuxième) après la sirène. Verdict sans appel, carton rouge pour Charles Géli. A l’issue d’un premier acte rythmé mais très brouillon, c’est donc le Racing qui fait la course en tête 3-7. A 14 contre 15, la tâche s’annonce très très compliquée …
 
Quoiqu’il en soit, la deuxième période commence plutôt bien. Après une touche rapidement jouée, Ranger amorce une relance magnifique, résistant à tous les placages et remontant près de 40 mètres avant de trouver le relai de Timani. Le ballon arrive sur l’aile de Nagusa qui résiste lui aussi au placage pour aplatir en coin en mettant malheureusement le pied en touche. Essai logiquement refusé mais nos Cistes semblent sortir les tripes. Le MHR insiste et récolte une pénalité sous les perches convertie par Trinh-Duc. 6-7 après 47 minutes de jeu, mais nous ne sommes pas au bout de nos souffrances. Les bleus continuent leur marche en avant. Deux minutes plus tard, une cuillère salvatrice vient empêcher Fall de planter un essai. La suite de l’action débouche sur une nouvelle pénalité et le MHR prend enfin les devants. 9-7 le carton rouge semble presque faire du bien. Un drop de Goosen puis une pénalité de Sexton viennent pourtant calmer tout le monde alors que le MHR était en pleine bourre. 9-13 à 20 minutes du terme, oui ça sent le roussi. Ou pas … Montpellier à un de moins envoi du jeu comme jamais, des passes à tout va sur un pas ou au cordeau, des relances, de l’avancé, et une prise d’intervalle de Nagusa après une séquence grandiose qui dépose tout le monde sur son passage pour planter un essai magnifique. 16-13 à un quart d’heure du terme et c’est un Montpellier totalement métamorphosé qui fait la course en tête. Mais que les cardiaques s’accrochent car l’euphorie qui s’emparent des montpelliérains les poussent à la faute. Sexton à 7 minutes de la fin ne se fait pas prier pour remettre les compteurs à zéro. Arrive alors le moment tant redouté. Une mêlée à jouer à un de moins. Forcément les franciliens obtiennent une pénalité méritée que Sexton se fait un malin plaisir de passer. 16-19 à deux minutes du terme … C’est alors que le funambule Nagusa est tout près de libérer tout le monde, mais après deux placages cassés, son coup de pied par dessus est contré …
 
C’est ainsi que s’achève cette cruelle première journée. On y aura cru jusqu’au bout à un de moins pendant 40 minutes, mais la marche était trop haute et les nombreux points laissés au pied n’ont rien arrangé. Certes il ne s’agissait que du premier match mais voilà de précieux points laissés en route qui mettent déjà nos Cistes sous pression. La venue de Grenoble la semaine prochaine s’annonce déjà capitale …
 
Points  MHR :
Pénalités : Trinh-Duc (23ème, 47ème, 49ème)
Essais : Nagusa (64ème)
Transformations : Paillaugue (65ème)
 
Points RM92 :
Drop : Goosen (52ème)
Pénalités : Sexton (61ème, 73ème, 78ème)
Essais : Dumoulin (19ème)
Transformations : Sexton (20ème)
 
Composition MHR :
1. Mischa Nariashvili (66ème : 23. Na’ama Leleimalefaga) – 2. Charles Géli – 3. Nicolas Mas (66ème : 17. David Attoub) – 4. Sitaleki Timani (66ème : 19. Robins Tchalé-Watchou) – 5. Thibaut Privat (53ème : 18. Tom Donnelly) – 6. Fulgence Ouedraogo (72ème : 21. Antoine Battut) – 7. Alexandre Bias (56ème : 16. Mickaël Ivaldi) – 8. Alex Tulou – 9. Jonathan Pélissié (56ème : 20. Benoit Paillaugue) – 10. François Trinh-Duc – 11. Rene Ranger – 12. Robert Ebersohn – 13. Anthony Tuitavake – 14. Timoci Nagusa – 15. Benjamin Fall (74ème : 22. Pierre Bérard)
 
Composition RM92 :
1. Julien Brugnaut – 2. Virgile Lacombe (56ème : 16. Jérémie Marouard) – 3. Luc Ducalcon (68ème : 23. Brian Mujati) – 4. Luke Charteris (74ème : 18. Thibault Dubarry) – 5. François Van Der Merwe – 6. Weneslas Lauret – 7. Bernard Le Roux – 8. Antonie Claassen – 9. Mike Phillips – 10. Jonathan Sexton – 11. Yoan Audrin (40ème : 21. Johannes Goosen) – 12. Alexandre Dumoulin – 13. Henry Chavancy – 14. Adrien Planté – 15. Brice Dulin
Photos