• Equipe pro
  • InterviewInterview

Benoît Paillaugue avant MHR - Exeter

Le 20 octobre 2017

Arrivé à Montpellier sur la pointe des pieds en 2009, Benoît Paillaugue est devenu petit à petit l’une des figures emblématiques du club. Auteur de son 200ème match sous le maillot montpelliérain la semaine dernière, notre demi-de-mêlée au caractère bien trempé retrouvera pourtant son jardin face à Exeter avec le numéro 10 dans le dos… "La Paille" nous parle de cette deuxième journée de Champions Cup qu'il attend impatiemment.

Benoît, tu t’apprêtes à retrouver l’Altrad Stadium après deux mois d’absence. Comment te sens-tu ?

Tout va bien. C’est vrai que j’ai dû laisser prématurément l’équipe lors du premier match de la saison à domicile… Mais c’est du passé. Je me suis bien remis, on a bien travaillé pour que je sois rétabli le plus vite possible. Je n’ai plus aucune douleur au genou, je suis donc impatient de retrouver l’Altrad Stadium.

Physiquement, te sens-tu prêt à jouer 80 minutes ?

Je l’espère ! J’ai joué vingt minutes à Paris et vingt-cinq minutes à Dublin… Je suis un peu dans l’inconnu quant à savoir si je peux jouer un match entier, pour plusieurs raisons. Ce sera mon premier match depuis ma blessure. Qui plus est un match de Champions Cup, où l’intensité monte d’un cran. Et puis on va affronter peut-être l’équipe la plus joueuse d’Europe… On verra bien, mais je me sens à 100%.

Tu le dis toi-même, Exeter est une équipe joueuse. Est-ce le genre de match que tu apprécies ?

J’aime quand il y a beaucoup de mouvement ! De là à savoir si je vais pouvoir tenir le rythme (Rires)… Mais j’ai hâte d’affronter cette équipe qui joue bien au ballon et qui fait souvent des matchs spectaculaires avec beaucoup de temps de jeu (42 minutes de temps de jeu effectif face à Glasgow la semaine dernière, NDLR). Ça fait longtemps que je regarde les copains jouer de l’extérieur, il me tarde de prendre du plaisir sur le terrain.

Le demi-de-mêlée adverse (Nic White, NDLR) est une vieille connaissance…

Nic, je le connais bien, on a évolué ensemble pendant deux ans. C’est un joueur dangereux doté de qualités d’appuis assez fulgurantes, qui porte énormément le ballon. C’est aussi un athlète, quelqu’un qui court énormément, presqu’infatigable. Il va falloir le surveiller.

Tu vas évoluer à un poste assez inhabituel pour toi ?

Ce sera différent. Ca fait un moment que je n’ai pas joué à l’ouverture. C’est mon poste de formation donc j’ai quelques aptitudes, mais c’est un poste à responsabilité, où l’on a besoin de jouer. Je n’ai pas beaucoup de repères mais ce qui est sûr, c’est que je vais me donner à 100%, essayer d’être propre et faire jouer le mieux possible mes partenaires.

Tu as fait ta 200ème apparition sous les couleurs du MHR à Dublin. Etait-ce un moment fort pour toi ?

Evidemment, ça m’a fait quelque chose, mais je pense qu’il y aura un peu plus d’émotion dimanche devant ma famille et mes amis. Je suis assez fier de rentrer dans le « Top 10 » du club. Il y a 8 ou 9 ans que je suis arrivé, je n’aurais jamais imaginé franchir un jour la barre des 200 matchs. Je le répète, je suis fier car je suis tombé amoureux du club et de la ville. 200 matchs, c’est beau mais il y en aura d’autres.

Comptes-tu aller jusqu’à 300 ?

Je vais pousser jusqu’au maximum. Tant que mon corps me le permettra et que le club voudra de moi (Rires). Je suis bien à Montpellier, j’espère que les plus belles pages de ma carrière vont s’écrire dans les mois qui arrivent… Et ça passe par des titres. Nous sommes des joueurs de caractère, des compétiteurs, donc forcément on veut gagner. Je n’ai gagné qu’un seul titre à Montpellier, je veux en gagner d’autres. Si j’ai rempilé jusqu’en 2020, c’est pour remporter des trophées.

Un mot pour les supporters qui seront heureux de te revoir sur le terrain dimanche ?

Je suis content de les retrouver. Je tenais à les remercier pour tout le soutien qu’ils m’apportent depuis toutes ces années. Je suis également fier de leur procurer du plaisir et de sentir qu’ils me poussent à chaque fois que je foule la pelouse. Ça me touche énormément et j’espère qu’ils continueront à le faire !