• Equipe pro
  • InterviewInterview

Julien Bardy avant Stade Rochelais - MHR

Le 01 décembre 2017

Arrivé en provenance de Clermont où il a passé seize ans, Julien Bardy a posé ses valises dans l'Hérault à l'intersaison et fait aujourd'hui les beaux jours de la troisième ligne montpelliéraine. Travailleur acharné et généreux dans le combat, le flanker revient avec nous sur son début de saison avant de se pencher sur le déplacement à La Rochelle, où il portera le numéro 7.

Julien, pour commencer, comment te sens-tu avant de prendre le bus pour La Rochelle ?

Le début de saison a été un peu difficile pour moi. J’ai mis du temps à revenir d’une longue blessure à l’épaule... J’ai joué mes premiers matchs ici puis j’ai connu un nouveau petit pépin physique aux côtes. C’est un parcours un peu en dents de scie, mais c’est le rugby, il faut faire avec ! Aujourd’hui, j’espère tenir le bon bout et continuer sur cette voie.

Pour toi qui n’as connu que Clermont, comment se passe ta vie dans ton nouveau club ?

Plutôt bien, je découvre une région et un club assez accueillants ! Le temps aussi est très accueillant (Rires) ! C’est une nouvelle vie pour ma famille et moi. On essaie de s’adapter au mieux et de prendre quelques repères. J’arrive maintenant à me balader en ville sans GPS donc ça ne se passe pas trop mal ! J’ai été bien accueilli au sein du club. Après il faut faire le boulot sur le terrain et tout ira bien.

Le fait de déjà connaître le staff t’a-t-il aidé à t’intégrer ?

C’était en effet un point rassurant pour moi. Je savais que j’allais retrouver certaines connaissances et je suis déjà familier avec la manière de travailler du staff. Ça m’a conforté dans ma décision de venir ici.

Le MHR possède une troisième ligne très compétitive. As-tu trouvé ta place au sein de celle-ci ?

C’est vrai qu’il y a des joueurs de classe internationale. Jouer à côté de mecs comme ça, c’est ce qu’on recherche tous. Depuis que j’ai commencé le rugby, ça me tire vers le haut. J’ai toujours su prendre le positif. Au rugby, c’est difficile de s’imposer mais c’est ce qui te motive et qui te pousse à tout donner. C’est que du bonheur d’avoir une telle concurrence ! À chaque fois que tu rentres sur le terrain, il faut donner le meilleur de soi-même et ne rien regretter. Si ça marche, tant mieux, si ça ne marche pas, tant pis. En tout cas, tu auras fait le maximum.

Que peux-tu nous dire sur cette équipe rochelaise ?

Ils sont sur une bonne dynamique depuis quelques temps. C’est une équipe impressionnante, très costaud devant et qui produit malgré tout beaucoup de jeu. Pour moi, c’est une équipe complète. Ce sera un très gros test demain. Il va falloir se serrer les coudes pour essayer de ramener quelque chose de là-bas.

Tu le dis toi-même, le Stade Rochelais possède un pack très costaud… C’est le genre de match que tu aimes jouer ?

De moins en moins (Rires) ! C’est sûr que quand on joue contre des packs comme ça on y laisse des plumes. Mais aujourd’hui, c’est le cas pour toutes les équipes, donc on s’attend à du combat tous les week-ends.

Comment avez-vous préparé cette rencontre ?

On a principalement essayé de voir ce qui n'avait pas fonctionné contre le Racing 92. On a travaillé les domaines où l’on a péché en se projetant sur l’équipe de La Rochelle, pour essayer de les contrer le mieux possible. Ce sera du rugby, quoi !

L’enjeu principal de ce match sera la première place du championnat. Est-ce un objectif de la conserver ?

Comme je le dis souvent, nous sommes encore en construction. C’est déjà très bien de se trouver là où on est. Malgré tout, on a réussi à atteindre cette première place. Maintenant que l’on y est, c’est certain qu’on va essayer de la garder, mais le championnat est encore long !