• ExclusivitéExclusivité

Officiel : Julien Tomas de retour en tant que joker médical

Le 01 août 2018

Son retour était attendu par nos supporters. Et pour cause, il fait partie de ceux qui ont fait le MHR. Formé à Montpellier depuis le plus jeune âge, Julien Tomas a gravi tous les échelons au sein du club, disputant pas moins de 188 rencontres avec l'équipe première. S'il a du quitter l'Hérault au terme de la saison 2012/2013, il a toujours conservé son cœur de ciste. Avec l'entrain et la bonne humeur qui le caractérisent, "Juju" a profité de la soirée de lancement de la saison pour signer son come-back. Le demi-de-mêlée s'est engagé en qualité de joker médical de Benoît Paillaugue, blessé aux ligaments croisés du genou, qui devrait faire son retour au mois de novembre.

MHR : Julien, C’est peu dire que les Montpelliérains vont être heureux de te revoir du côté du GGL Stadium… Je suppose que c’est plus qu’un sentiment partagé ?

Julien Tomas : C’est clair que revenir à la maison, parce que c’est ma maison, ça me fait chaud au cœur. A chaque fois que je suis revenu ici en tant qu’adversaire ces dernières années, j’ai été très bien accueilli et j’ai pu constater que le public ne m’avait pas oublié. Ça compte et ça me fait très plaisir. Je suis très heureux.

Quand as-tu pris la décision de revenir ? Comment s’est passée la signature de ton contrat ? Pensais-tu cela possible ?

Tout s’est passé à la fin de la saison. Plusieurs clubs m’ont contacté, dont le MHR, et je dois dire qu’il a été facile de dire oui à Montpellier que je connais si bien. Le fil n’a jamais été rompu car j’étais en contact étroit avec Jean-Paul Galletier notamment pour parler de la formation et d’une possible reconversion dans ce domaine.

Pensais-tu cela possible ?

C’était en tout cas mon souhait et mon rêve. Ce club, c’est celui qui m’a permis d’avoir la carrière que j’ai eu et je donnerais tout la saison prochaine pour le défendre.

Après être parti en 2013, tu es passé par Castres, le Stade Français et la Section Paloise. Qu’est-ce que tu as appris en partant loin de tes bases ?

Ça m’a permis de découvrir de nouveaux horizons et de m’enrichir tant humainement que sportivement. C’était important de sortir de ses bases et de casser la routine. Ça n’a été que des belles années mais au fond de moi, avoir l’opportunité de revenir à Montpellier, dans mon club de cœur, là où tout a commencé, c’est magnifique. Il n’y a rien de plus beau dans une carrière si ?

De loin, est-ce que tu gardais un œil sur ton club formateur ?

Bien sûr ! J’ai encore beaucoup d’amis au club et ma famille et mes amis sont assidus au stade donc je n’étais pas si éloigné que ça…

Le club que tu vas redécouvrir a beaucoup évolué depuis ton départ. As-tu de l’appréhension à le retrouver ? Te considères-tu comme un ancien ou comme un nouveau ?

Un petit peu… Beaucoup de choses se sont passées depuis. Alors même si je vais retrouver beaucoup de têtes connues, le stade et les supporters, sportivement ce n’est plus la même équipe. Il y a eu plusieurs tournants, avec Fabien Galthié puis Jake White. Je suis pour ma part heureux de voir que le club a pris une nouvelle dimension et qu’il s’appuie sur les gens du cru comme Fufu, Kélian ou encore Louis revenu la saison dernière.

Vas-tu te considérer comme un ancien ou comme un nouveau ?

Comme un ancien… mais nouveau ! (Rires) Un ancien de la maison forcément, mais aussi du Top 14 car je commence à avoir roulé ma bosse ! Je viens avec beaucoup d’envie, de fraîcheur et surtout de joie.

Tu vas retrouver Fufu et Louis, avec qui tu n’as plus joué depuis 2009…

Et oui. Ces dernières années, j’ai joué contre eux et je suis ravi de me battre à nouveau à leurs côtés. J’ai tout vécu avec eux et c’est sympa de les retrouver aujourd’hui.

Tu reviens en tant que joker médical de Benoît Paillaugue, que tu as vu arriver en 2009. Est-ce une façon de boucler la boucle ?

Revenir à Montpellier, c’est une façon de boucler la boucle. La blessure de Benoît c’est un concours de circonstance malheureux. J’ai directement échangé avec lui quand il lui est arrivé ce pépin parce que je l’apprécie énormément et que je suis heureux d’être à nouveau à côté de lui.