• Equipe pro
  • Centre de formation
  • InterviewInterview

Recrues 2017-2018 : Enzo Sanga

Le 20 juin 2017

Demi de mêlée de poche, Enzo Sanga, 22 ans, rejoint le MHR à l’intersaison pour trois ans. Formé à Vichy avant de passer par le centre de formation de l’ASM, il vient enrichir l’effectif montpelliérain qui compte déjà l’emblématique Benoît Paillaugue et Ruan Pienaar, ancien Ulsterman, tous deux joueurs d’expérience au poste. Une « chance » que le jeune joueur se dit prêt à saisir afin d’évoluer et de faire sa place.

Enzo, est-ce que tu peux te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Enzo Sanga, je suis né à Vichy et j’ai 22 ans. J’ai commencé le rugby à l’âge de 8 ans à Cournon, dans la banlieue de Clermont-Ferrand. J’ai ensuite rejoint l’ASM à 12 ans, à l’école de rugby, et depuis 2 ans, je suis avec le groupe professionnel.

Si tu devais décrire le profil de joueur que tu es, que dirais-tu ?

Je ne suis pas un demi de mêlée au physique hors norme. Je suis un petit gabarit. Je suis plutôt un éjecteur, j’essaye de mettre mes qualités à profit pour donner un maximum de vitesse au jeu en collant au ballon.

Tu arrives de l’ASM où tu as été formé. As-tu côtoyé de près Vern Cotter qui arrive lui aussi à l’intersaison ?

Non. Lorsque j’ai intégré le groupe professionnel, c’est Franck Azéma qui était à la tête de l’équipe. En revanche, j’ai eu beaucoup d’échos des gars de Clermont concernant le passage de Vern Cotter à l’ASM.

QuelLEs sont les raisons de ta signature au MHR ?

C’est à ce moment-là que j’ai eu des échanges téléphoniques avec Vern Cotter. La sincérité des échanges que j’ai pu avoir avec lui ont su me convaincre. On m’a beaucoup parlé de l’homme et de ce qu’il avait apporté aux joueurs ainsi qu’à l’ASM. Il a laissé une empreinte énorme… Au-delà de ça, le projet global du MHR ainsi que le projet de jeu sont tous deux très ambitieux et j’ai l’envie d’y participer. C’est un beau challenge que de quitter mon club formateur pour tenter l’aventure ici. C’est une chance de pouvoir continuer à apprendre auprès d’un tel effectif.

Julien Bardy, également en provenance de l’ASM, arrivera lui aussi cet été sur les bords de la Méditerranée. Est-ce que c’est une chance d’arriver dans une équipe où tu connais déjà du monde ?

C’est sûr que c’est toujours plus rassurant d’arriver dans un groupe nouveau avec quelqu’un que l’on connaît, d’autant plus quand le courant passe bien avec cette personne comme c’est le cas avec Julien. Je sais que je pourrais compter sur lui et c’est important.

Par ailleurs, connais-tu certains joueurs du MHR personnellement ?

Non, pas vraiment. Je connais un petit peu Julien Delannoy que j’ai pu croiser au match de barrage contre le Racing Métro mais c’est tout.

à ton poste, tu retrouveras Ruan Pienaar et Benoît Paillaugue. Est-ce  une source de motivation d’évoluer auprès de ces deux joueurs ?

Bien sûr, cela fait partie des éléments que j’ai pris en compte lorsque j’ai décidé de venir à Montpellier. Pouvoir côtoyer des joueurs de ce calibre ne peut être que bénéfique pour mon évolution personnelle. Ils ont l’expérience et l’habitude des rencontres de haut niveau, c’est une chance pour moi d’apprendre d’eux.

Pour l’anecdote, tu as été titulaire lors de la victoire de Clermont à l’Altrad Stadium en août dernier. Comment as-tu trouvé l'Altrad Stadium ?

J’en ai un bon souvenir, il fait partie des stades où l’on prend énormément de plaisir à évoluer. J’ai eu la chance d’y revenir en tant que spectateur mais c’est vrai que maintenant j’ai hâte de le découvrir sous les couleurs du MHR.

Pour finir, si tu avais un message à faire passer aux supporters montpelliérains, que leur dirais-tu ?

Tout simplement de venir nombreux au stade pour encourager l’équipe !