• Equipe pro
  • Espoirs
  • InterviewInterview

Recrues 2017-2018 : Martin Devergie de retour au club

Le 01 juin 2017

Le Montpellier Hérault Rugby avait déjà officialisé la prolongation du contrat du jeune troisième ligne Martin Devergie (1m96, 116 kg), ancien international U20, prêté la saison dernière à l'US Colomiers (Pro D2) où il a été aligné à 26 reprises et a inscrit 3 essais. Pur produit du centre de formation, Martin Devergie a donc prolongé son bail avec le MHR pour une durée de trois ans : un an de contrat Espoir, puis un contrat professionnel de deux ans. Excité à l'idée de revenir dans son club formateur, le troisième ligne se livre à l'approche d'une nouvelle saison qu'il aborde avec ambition.

Martin, te voilà donc de retour au club après une année pas si sabbatique que ça en Pro D2. Quel est ton sentiment ?

J’ai été vite intégré à Colomiers. Le groupe vivait super bien et le manager, Bernard Goutta, m’a rapidement accordé sa confiance. Du coup j’ai pu avoir pas mal de temps de jeu au sein d’un super groupe. C’était une saison géniale, très enrichissante pour moi, et je sens que j’ai progressé !

On dit souvent que la PRO D2 est une compétition plus rude que le TOP 14. La saison dernière t’a-t-elle aguerri ?

C’est vrai que comme il n’y a pas la vidéo, il y a plus de mauvais coups dans les rucks, mais bon… (Rires) Je ne peux pas trop comparer avec le Top 14, car je n’ai disputé que deux matchs. Je peux juste dire que le Top 14 est plus rapide. La Pro D2, au niveau du combat, m’a bien fait grandir. J’espère pouvoir dire l’année prochaine si c’est plus rude que le Top 14 ou pas ! 

Tu signes donc ton premier contrat professionnel avec ton club formateur. Cela doit-être une fierté pour toi ?

Je suis à Montpellier depuis que j’ai six ans ! J’ai fait toutes mes classes au sein du club… C’est sûr que c’est un rêve de gosse qui se réalise. Maintenant, il faut confirmer, avancer et progresser. Signer un contrat pro, c’est une étape, mais il me tarde la saison prochaine !

Tu ne devrais pas avoir trop de soucis pour t’intégrer dans un club que tu connais déjà. Y a-t-il des joueurs dont tu es particulièrement proche ?

J’étais proche de certains « papas » comme Julien Malzieu, Anthony Floch ou Thibaut Privat qui m’ont pris sous leurs ailes à l'époque. Je suis également très ami avec Wiaan Liebenberg, on s’est bien trouvé malgré la barrière de la langue. Il y a aussi Yvan Reilhac qui est un très bon pote.

Justement, le fait de voir Yvan Reilhac faire des sorties convaincantes au sein de l’équipe première la saison passée, est-ce une source de motivation pour toi ?

C’est sur que ça me motive ! Yvan et moi, on est de la même génération (1995), et on joue ensemble depuis la catégorie minimes ! J’étais super content pour lui, et j’étais encore plus heureux de voir l’équipe jouer car je voyais mon pote exploser et même marquer des essais ! Ça reflète bien le fait qu’il y a de bons jeunes en France ! Quand je vois des joueurs comme Antoine Dupont ou Anthony Jelonch en équipe de France, et qui ont un an de moins que moi, je me dis qu’on a tout à prouver, que les jeunes français sont là, et que c’est à nous de montrer ce qu’on sait faire !

As-tu eu des contacts avec le futur staff du MHR ?

J’ai été surpris, car Vern Cotter m'a appelé pendant la tournée des tests de novembre, alors qu’il était avec l’Ecosse. Lorsque l’un des meilleurs entraîneurs au monde t'appelle, c’est valorisant et ça fait réfléchir. Il m’a dit qu’il comptait sur moi, et m’a surtout posé des questions sur mes objectifs et mes axes de travail.

La saison prochaine, tu évolueras aux côtés de pointures comme Yacouba Camara et Louis Picamoles… Comment abordes-tu cette concurrence ?

Il y avait déjà une grosse concurrence avec Kélian, Fufu et les autres. Mais être aux côtés de Louis Picamoles qui est le meilleur 8 du monde, ce sera une très grosse marche à franchir… Je vais pouvoir beaucoup apprendre à ses côtés et je pense que ça peut être très formateur de jouer avec des mecs comme ça. Disons que pour moi, c’est une motivation et une envie d’apprendre plutôt qu’une appréhension !

Quels sont tes objectifs en revenant à Montpellier ?

Sur le court terme, mon objectif est d’avoir le plus de temps de jeu possible. J’aimerais que cela se passe aussi bien qu’à Colomiers, mais je sais que ce sera une autre paire de manche. Je veux me montrer le plus possible, et gagner la confiance de l’entraîneur. Sur les trois ans, on verra bien ce qui se passe, mais je compte bien essayer de peser un peu plus, de vraiment compter dans l’effectif et d’intégrer la rotation !

Pour finir, un mot pour nos supporters qui seront heureux de te retrouver au stade ?

Qu’ils continuent de nous supporter autant qu’ils ont pu le faire cette saison, voire plus ! Et  qu’ils encouragent encore plus les jeunes issus de la formation !