Equipe 1

News

Rene Ranger: « Je peux encore faire mieux »

Mercredi 20 Août 2014
Malgré la défaite, la performance de Rene Ranger face au Racing-Métro, samedi dernier, n’est pas passée inaperçue. Ses rushs, notamment celui sur l’essai refusé de Timoci Nagusa, ont marqué les esprits. Mais le All-Black (6 capes) veut encore faire mieux. Et cela passe par une victoire « primordiale », samedi (18h30) contre le FC Grenoble, à l’Altrad Stadium.
 
MHR : Rene, quelle analyse fais-tu du match contre le Racing Métro ?
 
RR : J’ai trouvé que pour un premier match de la saison, c’était très dur. Nous n’avons pas obtenu le résultat espéré, mais nous pouvons malgré tout être fiers car nous avons mis beaucoup d’intensité et joué un bon rugby.
 
MHR : Considères-tu cette défaite comme inquiétante ?
 
RR : Je ne pense pas que nous devons être préoccupés. Il y aura toujours quelques matchs perdus pendant la saison. Nous devons comprendre quelles ont été les erreurs commises, bien enregistrer tout cela et continuer à avancer, dès samedi contre Grenoble.
 
MHR : Quel a été le discours des coachs, cette semaine, pour vous remobiliser et préparer ce match face au FCG ?
 
RR : Ils ont mis l’accent sur les fautes commises samedi dernier et les différentes solutions à trouver selon les situations. Mais c’est avant tout une question de confiance. Avec un petit effort supplémentaire de chacun d’entre nous, nous obtiendrons le résultat que nous souhaitons.
 
MHR : Quelles seront les clés de ce match face à Grenoble ?
 
RR : Avant tout, nous devons gagner. Même si nous ne faisons pas d’étincelles, le résultat sera primordial. Il faudra respecter les plans de jeux, avoir une défense hermétique. Les avants ont aussi beaucoup travaillé les lancers en touche et si nous gagnons de bons ballons devant, nous aurons plus de munitions, nous,  les arrières. Si tout se passe bien, on pourra espérer le point de bonus au bout.
 
MHR : A titre personnel, tu as réalisé une bonne performance face au Racing. On te sent très en forme…
RR : Oui et non. Je ne pense pas avoir fait un très bon match, j’ai fait quelques erreurs. C’est l’équipe entière qui a bien joué et c’est pourquoi je pense que nous sommes toujours en mesure d’atteindre notre objectif en championnat. Personnellement, je suis revenu cette année après de très bonnes et longues vacances qui m’ont fait grand bien. Je suis en forme, mais je dois encore travailler pour m’améliorer.
 
MHR : Comment as-tu accueilli le fait de te retrouver à l’aile, samedi dernier, après avoir disputé tous les matchs de préparation au centre ?
 
RR : C’était un peu une surprise, mais c’est Fabien qui décide et si c’est pour avoir la meilleure équipe possible, il est normal que cela se passe comme ça. A moi de bien jouer pour un jour gagner ma place au centre. Mais il y a beaucoup de très bon joueurs à ce poste, ce qui est très sain dans une équipe, cela crée de l’émulation.
 
MHR : Tu as été élu dans l’équipe-type de la 1re journée par les médias. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?
 
RR : Je n’avais aucune idée qu’il y avait quelque chose comme ça en France ! Je suis flatté s’ils pensent que je le mérite et cela m’encourage encore à essayer de jouer à mon meilleur niveau. Merci à eux !
 
MHR : A propos de la France, comment te sens-tu depuis maintenant neuf mois que tu es à Montpellier ?
 
RR : Montpellier est fantastique, le climat merveilleux. Je suis rentré chez moi à l’intersaison et le temps était plutôt moche, alors revenir vers ce soleil et tout cet environnement c’est super. Montpellier est une ville très agréable, les supporters très enthousiastes, je me régale ici, même s’il me faut encore m’adapter au rugby français. D’ailleurs, je pense que je peux encore faire mieux, mais comme j’aime le dire, le travail paye toujours.
 
MHR : Enfin, un dernier mot : tu as tout le temps le sourire, même sur le terrain, où tu réalises de nombreuses facéties. Pourquoi ?
 
RR : Je suis plutôt du genre « rock and roll », c’est vrai ! Cela fait partie de mon caractère, plutôt relax. De temps en temps, je fais quelques pas de danse quand je suis sur l’aile et que le ballon est loin... J’oublie qu’il y a des milliers de personnes dans le stade ! Tant mieux si cela peut amuser les supporters, même s’il y a des limites à ne pas dépasser. Voilà, c’est mon caractère, ma façon de vivre, détendu et heureux. J’ai une vie fantastique, mon travail est ma passion et je veux continuer comme cela le plus longtemps possible !
 
Interview: Steve Whittell.