• Equipe pro
  • InterviewInterview

Vern Cotter avant Clermont - MHR

Le 26 janvier 2018

Cette date-là, il l’avait cochée dès son arrivée dans l’Hérault. Ce dimanche, six mois après sa prise de fonctions aux commandes du Montpellier Hérault Rugby, Vern Cotter retrouvera l’ASM Clermont Auvergne, un club avec qui il noue des liens particuliers.

« Je connais un petit peu l’ambiance là-bas. Ça va être chaud », prédisait le manager néo-zélandais en conférence de presse plus tôt dans la semaine. « Je vais retrouver des amis, des anciens collègues et un public extraordinaire ». Pour autant, pas question pour le kiwi de céder à la nostalgie. Car à l’aube de cette seizième journée de Top 14, le MHR a l’occasion d’asseoir un peu plus sa place de leader (47 points, à une unité du Stade Rochelais et du Racing 92) en emportant un quatrième succès de rang au stade Michelin depuis 2014. Pour cela, nos Cistes pourtant si conquérants à domicile, devront afficher un tout autre visage que celui arboré lors des derniers déplacements à Exeter (défaite 41-10) et à Brive (défaite 29-10). « Jusqu’à maintenant, nos déplacements ne sont pas terribles au niveau du résultat et du contenu. Chaque fois qu’on se déplace, on est en tongs » ironise le technicien. « Même s’il fait beau ici, j’ai prévenu mes gars qu’il fait froid à Clermont et que si on vient en tongs, on risque d’avoir froid aux pieds »... 

Il s’agira donc pour les Montpelliérains de démarrer tambour battant cette rencontre, en essayant d'éluder cette fâcheuse habitude de produire des entames de matchs souvent trop brouillonnes. « Si on ne répond pas présent dans le combat et si on n'est pas concentré dès le début, on va avoir du mal à suivre ». Pour cela, nos Cistes pourront notamment s’appuyer sur le retour de leur pilier droit Jannie Du Plessis et sur l’expérimenté Ruan Pienaar, tous deux revenus en pleine possession de leurs moyens. Les Clermontois, décimés par les blessures et par le départ de leurs internationaux, pourront eux compter sur le retour de leur demi-de-mêlée écossais Greig Laidlaw, sur qui Vern Cotter gardera bien évidemment un œil attentif. « C’est une équipe qui joue, avec des joueurs capables de faire des passes avant et après contact sur la largeur, de faire vivre le ballon. Il va falloir mettre plus de vitesse, avec et sans le ballon », prévient l’ancien sélectionneur de l’Ecosse.

C’est donc une rencontre capitale qui se profile au stade Marcel-Michelin de Clermont ce week-end. Une chance pour les Jaunards de se ressaisir, mais également une opportunité pour les troupes de Louis Picamoles d’envoyer un signal fort dans cette course folle vers le Bouclier de Brennus, l’objectif affiché par Vern Cotter. « Montpellier n’a encore jamais gagné le titre. J’aimerais bien voir les Montpelliérains avoir le même plaisir que les Clermontois en 2010… Forcément, pour moi, c’est un grand souvenir ». Décidément un rendez-vous à ne pas manquer pour celui qui, ironie du sort, fêtera son 56ème anniversaire demain et qui sera fermement décidé à se rappeler aux bons souvenirs du peuple clermontois : « Ce qui m’intéresse maintenant, c’est d’avoir une équipe performante ici à Montpellier. Mais ça ne veut pas dire qu’après le match, je n’irai pas boire quelques canons... et je vais me faire taquiner si on ne joue pas bien… »