Equipe 1

News

Yvan Watremez au MHR pour encore 3 ans

Jeudi 10 Octobre 2013
Yvan Watremez, pilier, arrivé à l'intersaison 2012 en provenance du Biarritz Olympique, vient de prolonger son contrat de 3 années supplémentaires. Il est engagé avec le MHR jusqu'en 2017. Entretien.
 
MHR : Tu viens de signer pour 3 années supplémentaires au MHR. Cette signature intervient tôt dans la saison… Qui en est à l’initiative ?
 
Yvan Watremez : J’ai eu la chance de ne pas être blessé en ce début de saison, d’avoir une bonne préparation physique et donc d’avoir pu enchainer les matchs. Fabien est donc venu me voir pour me demander si j’étais disposé à rester et je l’étais ! Pour moi, c’est une continuité dans le sens où ça fait déjà deux années que je suis ici, que j’ai bien intégré l’équipe et le système de jeu. En plus, je me sens bien dans la région. 
 
MHR : Est-ce que c’était important pour toi de régler les choses vite ? Te sens-tu plus libre maintenant?
 
Yvan Watremez : C’est vrai que c’est plus confortable de savoir où l’on va. On a moins de pression, on se pose moins de questions, on peut tout simplement se projeter. Le rugby c’est précaire et moi qui viens d’être père, ça me permet d’être serein, bien.
 
MHR : Tu es arrivé au MHR il y a 2 ans. Est-ce que le club que tu as rejoint alors est le même aujourd’hui ? 
 
Yvan Watremez : Il y a toujours les mêmes valeurs. Comme tu l’as dit, je suis arrivé il y a 2 ans et même si il y a eu du mouvement à l’intersaison, les joueurs qui sont arrivés ont été très vite intégrés. Nous avons eu la chance de partir ensemble à Tignes et de passer des très bons moments ce qui, par ailleurs, nous a permis de faire de bons matchs par la suite. Après, le projet sportif est le même et nos infrastructures sont dignes des meilleures donc ça, ça ne change pas.
 
MHR : Est-ce que toi-même, tu es le même joueur qu’il y a deux ans ? 
 
Yvan Watremez : Je ne pense pas. Je suis venu ici parce que le projet sportif me plaisait. Quand je voyais le MHR jouer, ça me faisait rêver. J’aimais cette façon qu’avaient les joueurs d’envoyer du jeu. Ma première année a été difficile parce que j’ai souvent été blessé mais aujourd’hui je suis heureux car j’arrive à jouer « comme à Montpellier », comme quand je regardais le MHR à la télévision… Je suis très heureux.
 
MHR : Vous vous apprêtez à jouer votre 1er match de HCup ce week-end. La pression pour un match de Coupe d’Europe est-elle différente que pour un match de championnat ?
 
Yvan Watremez : Déjà, je pense que ce match à Trévise est un match piège. On a tendance a penser que les Italiens ne sont pas très cotés mais c’est une équipe vaillante composée, en grande partie, d’internationaux qui jouent le Tournoi des VI Nations chaque année. Ils connaissent le haut niveau et ça va être très dur.
La HCup, c’est particulier et c’est grâce à nos performances sur le terrain que nous pouvons la jouer… C’est une chance d’y participer et il faut donc jouer tous les matchs à fond. 
 
MHR : Pour finir, cette année est celle de tous les défis pour le MHR. Le prochain sera de se laisser pousser la moustache pour Movember. Es-tu prêt à le relever ?
 
Yvan Watremez : On va essayer ! Mais je pense que c’est possible. 
 
MHR : Félicitations Yvan et bonne chance pour le coup d’envoi de la HCup !