Top14 - Biarritz - 24/08/2013

Compte rendu du match

 

Comme un avertissement

Effacer la déception d’un nul rageant contre Toulon, tel était l’objectif du MHR en déplacement sur la côte basque. Et inutile de dire que les montpelliérains n’étaient pas là pour s’amuser … Mais en face, le Biarritz Olympique n’avait pas le droit à l’erreur après une première défaite à domicile la semaine passée. Autrement dit, ce match ne s’annonçait pas comme une partie de plaisir. Et les rouges et blancs du BO montraient vite leur envie, et leur volonté de se racheter auprès de leurs supporters. Mais c’est bien les visiteurs qui à la 7ème minute ouvraient le score sur pénalité par Jonathan Pélissié  suite à un tirage de maillot. Et oui, même au rugby c’est interdit ! 0-3 pour le MHR. On retrouvait le demi de mêlée quelques minutes plus tard pour une action de toute beauté. Une pénalité rapidement jouée lui permettait en effet de s’infiltrer dans la défense basque, suivie d’un coup de pied par dessus récupéré à deux mètres de l’en-but basque avant que le jeu ne se déporte au large pour envoyer Tuitavaké à l’essai. Un essai champagne. Malheureusement, le champagne restera au frais, l’essai étant annulé à la vidéo pour un en-avant de Lucas Dupont en sortant le ballon du ruck. Quel dommage tant l’inspiration du demi de mêlée du MHR méritait meilleur sort. Une action à l’image de ce début de match, gâché par certaines maladresses, le vent n’aidant pas les joueurs, en touche notamment. Début de match brouillon donc, un peu moins excitant que celui contre Toulon. Et oui, les matchs se suivent mais ne se ressemblent pas… Après un moment d’assoupissement, dû au manque d’action et non à une mauvaise nuit, Dimitri Yachvili réveillait tout le monde en remettant les deux équipes à égalité sur pénalité, suite à une succession de petites fautes des héraultais. 3-3 après 24 minutes de jeu, pas de quoi non plus s’enthousiasmer. Mais un talonnage à la main d’un biarrot, pris la main dans le sac, ou plutôt dans la mêlée, offrait une pénalité à Jonathan Pélissié dont la frappe s’écrasait sur le poteau. Et malgré la récupération de Dupont à deux mètres de la ligne, une nouvelle perte de balle de nos Cistes anéantissait une seconde occasion d’essai pour le MHR. Pratiquement dans la foulée, une succession de temps de jeu montpelliérains poussait Taele à la faute. A 22 mètres plein axe, Pélissié cette fois-ci visait le poteau du milieu comme on dit. Coup de pied parfait, 3-6 à la 32ème minute. Par la suite, alors qu’un maul montpelliérain amenait Tulou à deux mètres de la ligne (encore une fois), Yachvili lui arrachait le ballon avant que Tchalé-Watchou ne soit considéré comme coupable d’un mauvais geste alors qu’il était à 5 mètre de l’action. Carton jaune. Pénalité mal jouée, ballon récupéré, prise d’intervalle de Tuitavaké, passe après contact de Olivier, Ouedraogo qui file à l’essai, et tout ça en rimes s’il vous plait. Enfin ! A moins que … Et bien non … Toujours pas. Au moment d’aplatir notre capitaine laissait échapper le ballon. 4ème occasion ratée, 2ème essai refusé à la vidéo, et le MHR retombe dans ses travers de l’an dernier. 3-6 c’est donc le score à la sirène.

 

Une deuxième mi-temps, qui commençait légèrement en retard, Monsieur l’arbitre ayant vraisemblablement oublié de regarder sa montre. Allez va, on ne lui en tiendra pas rigueur. Mais dès le début de cette mi-temps, le stade Aguiléra sortait de son sommeil. Un coup de pied à suivre le long de la ligne de touche de Teddy Thomas envoyait Charles Gimenez à l’essai, malgré le retour de Pélissié. Essai transformé, 10-6 pour le BO à la 41ème minute. Des en-avants, des coups de pieds ratés, des mauvais rebonds, et le MHR laissait filer petit à petit le match. On ajoutait à cela une pénalité obtenue en mêlée par le pack biarrot, et Yachvili rajoutait 3 points de plus dans l’escarcelle basque. 13-6 pour le BO à la 53ème. Pénalité à laquelle répondait Trinh-Duc face aux poteaux, histoire de rester dans la partie. 13-9, et à défaut de bien jouer, nos Cistes avaient au moins le mérite de rester dans la partie, et c’était déjà pas si mal. Problème, le MHR continuait ses erreurs, et offrait des points faciles à Dimitri Yachvili. 16-9 à 20 minutes de la fin, et le bonus défensif se voyait menacé. Difficile de gagner un match dans ces conditions. Heureusement, les biarrots n’étaient pas non plus irréprochables, et la puissance des mauls héraultais  les mettaient à la faute. Paillaugue rajoutait 3 points, 16-12, rien n’était perdu, mais rien n’était gagné non plus. Seulement voilà, on sentait bien que cette journée était classée noire pour le MHR. Après une redoublée magique entre Olivier et Trinh-Duc qui ouvrait une brèche à l’ouvreur, Tuitavaké était accusé coupable d’une obstruction empêchant Gimenez de défendre. Troisième essai refusé à la vidéo. Trop c’est trop. Comment rester debout après tant de coups du sort ? Et bien personne n’a la réponse. Car après deux pénalités tapées en touche à 5 mètres de l’en-but basque, une succession de pilonnage des gros, un nouveau ballon cafouillé, voilà une nouvelle occasion gâchée. Et histoire d’enfoncer encore plus le clou, Yachvili, intraitable, enlevait tout espoir de victoire au MHR, en passant une nouvelle pénalité à une minute de la fin. 19-12.

Dans un Top 14 de plus en plus dur, et où chaque point perdu  se paye cash, le MHR en a laissé filé 5 sur deux matches à sa portée. Autant dire que la venue de Brive la semaine prochaine doit amener nos Cistes à se révolter, et on les en sait capables.

 

Texte : Adrien Lignières
Photos : Max Berullier

Points BO :

Pénalités : Dimitri Yachvili (24ème, 53ème, 59ème, 79ème)

Essais : Charles Gimenez (41ème)

Transformations : Dimitri Yachvili (42ème)

Points MHR :

Pénalités : Jonathan Pélissié (7ème, 32ème), Trinh-Duc (56ème), Paillaugue (64ème)

Composition BO :

1. Fabien Barcella (47ème : 17. Alexandre Menini) – 2. Jean-Philippe Genevois (63ème : 16. Arnaud Héguy) – 3. Francisco Gomez Kodela (47ème : 23. Benedict Broster) – 4. Erik Lund – 5. Thibault Dubarry (11ème : 18. Pelu Taele) – 6. Joshua Furno – 7. Benoit Guyot – 8. Raphaël Lakafia – 9. Dimitri Yachvili – 10. Daniel Waenga – 11. Teddy Thomas – 12. Damien Traille – 13. Charles Gimenez – 14. Julien Goia (77ème : 22. Seremaia Borutu)  – 15. Paul Couet-Lannes

Composition MHR :

1. Mischa Nariashivili (53ème : 17. Yvan Watremez) – 2. Charles Géli (42ème : 16. Mickaël Ivaldi) – 3. Maximiliano Bustos (42ème : 23. Nicolas Mas) – 4. Jim Hamilton – 5. Robins Tchalé-Watchou (47ème : 18. Thibault Privat) – 6. Fulgence Ouedraogo – 7. Kélian Galletier – 8. Alex Tulou – 9. Jonathan Pélissié  (56ème : 20 Benoît Paillauge) – 10. François Trinh-Duc – 11. Yohann Artru – 12. Wynand Olivier – 13. Anthony Tuitavaké – 14. Lucas Dupont – 15. Anthony Floch

Photos
Vidéos