Top14 - Brive - 31/08/2013

Compte rendu du match

Peut mieux faire

A quelques jours de la rentrée des classes, le MHR est lui en cession de rattrapage. Après deux matches sans succès lors des deux premières journées, le MHR a la possibilité et la volonté d’enfin gagner et de véritablement lancer sa saison. Car même si les deux premières rencontres contre Toulon et Biarritz étaient pleines de promesses en terme de jeu, la finition faisait cruellement défaut aux bleus et blancs. La venue du promu briviste, auteur d’un bon début de saison, est donc l’occasion de se rattraper. 

Et d’entrée de jeu le MHR montre ses intentions en accélérant le jeu et en allant vite jouer chez l’adversaire. Ici c’est Montpellier, donc pas question de se laisser marcher sur les pieds. Un bras cassé, joué rapidement par Tulou, plusieurs placages évités par Ivaldi pour percer plein axe avant que le jeu ne se déporte sur l’aile de Dupont et que ce dernier finisse en touche, le MHR veut très vite se rassurer. Mais le promu briviste joue lui sans complexes, mis en confiance par son bon match face au Racing et sa victoire contre Bordeaux. Mais c’est bien le MHR qui ouvre le score sur le deuxième drop de la saison de son ouvreur, François Trinh-Duc. 10ème minute de jeu, MHR 3-0 CAB. Après au moins 5 occasions franches ratées contre Biarritz le week-end dernier, on espérait que la première serait la bonne contre Brive. Manque de chance, après une succession de temps jeu au large puis au près lors d’une action interminable, un coup de pied rasant contré de Trinh-Duc à 10 mètres de l’en-but renvoie nos cistes dans leur camp. Comme un air de déjà vu. Oui le MHR a encore une fois du mal à concrétiser sa domination, en témoigne les nombreux en-avant, les passes ratées, ou cette tendance à trop porter le ballon. Mais un ballon remonté par Wynand Olivier de ses propres 22 amène le MHR à une quinzaine de mètres de la ligne briviste. Un recentrage des gros, offre une pénalité à Benoit Paillaugue juste sous les perches. 22ème minute, 6-0. Cependant, le chrono s’écoulant, les Brivistes restent au contact et commencent à penser que le coup est jouable. Une pénalité de Laurent Ferreres à 35 mètres plein axe permet aux blancs et noirs de réduire le score. 6-3 à la 28ème minute. Rien de rassurant. Mais ce coup de pied a au moins le mérite de réveiller le MHR, car pratiquement sur le renvoi, une percée de Olivier ramène le jeu chez les Brivistes. Jeu au large, puis recentrage avec les gros avant que François Trinh-Duc qui profite de l’avantage en cours ne s’engouffre grâce à un crochet dans une brèche pour mourir à 5 centimètres de la ligne. Un coup pour rien, ou presque, Paillaugue profitant de l’avantage laissé par l’arbitre pour redonner sur pénalité 6 points d’avance aux siens. 9-3 après 31 minutes. François Trinh-Duc on le retrouve 3 minutes plus tard à la suite d’une pénaltouche pour percer tout droit à 5 mètres de la ligne d’en-but de Brive, et mourir encore une fois à quelques centimètres de la ligne blanche. Le jeu se déporte au large sur Ivaldi pour que ce dernier accompagné de ses compères du pack finisse dans l’en-but. Mais tous ces kilos de muscle rendent le ballon invisible. Monsieur Poite, l’arbitre du jour revient à l’avantage en cours, et Benoit Paillaugue réussit son troisième coup de pied de la soirée. 12-3. La suite n’est guère plus glorieuse. Une chandelle dans les 22 mètres adverses est récupérée par Anthony Tuitavake, et alors qu’on pensait ce dernier filer en terre promise, il est reprit par le col et tente une passe approximative qui se termine par une mêlée en faveur des visiteurs. 4ème occasion et toujours pas d’essais. Et sur cette première période la vidéo n’y est pour rien.

La seconde elle, commençe par un arbitrage vidéo (ça faisait longtemps), cette fois-ci non pas pour accorder un essai, mais pour sanctionner Thibaut Privat et son compère briviste d’un carton jaune. Mais un ballon chipé en touche, et une relance de grande classe amène le serial marqueur Timoci Nagusa à déborder le long de la ligne de touche, et à tenter un coup de pied de recentrage qui offre une mêlée à 5 mètres de la ligne du CA Brive. Tulou sort rapidement de la mêlée pour éjecter petit côté sur Tuitavake qui n’a plus qu’à servir Nagusa pour conclure l’action en coin. Enfin ! L’essai est transformé magistralement par Benoit Paillaugue du bord de touche. 48ème minute, 19-3. Un mauvais nettoyage de Brive dans un ruck offre une pénalité au MHR vite tapée en touche. L’objectif est clair, marquer des essais. Sur le lancé, un joli maul envoie les gros à deux doigts de la ligne, avant que le talonneur visiteur ne soit sanctionné d’un carton. Le capitaine Fufu choisit la mêlée. Nouvelle faute sur la mêlée, nouveau carton pour Brive. A 13 contre 15 et avec deux avants en moins personne ne donne cher de la peau des corréziens. Nouvelle mêlée qui enfonçe tout sur son passage, Monsieur Poite n’a pas d’autre choix que d’accorder un essai de pénalité à nos Cistes. 26-3 après 59 minutes de jeu. Le bonus est à portée de main. Et le MHR est à deux doigts de l’obtenir sur l’action suivante. Une prise d’intervalle de Paillaugue, le jeu qui se déporte au large, et après une belle combinaison des ¾, Fulgence Ouedraogo manque de précision sur sa passe à 5 mètres de l’en-but. Encore un coup pour rien. Vient le temps pour les supporters du stade Yves du Manoir d’entrevoir les capacités physiques de Tuitavake qui après un crochet file plein centre. Le ballon est vite éjecté du ruck en direction de Benoit Sicart qui file à son tour à l’essai sans opposition. Mais comme contre Biarritz, l’arbitre vidéo entre en jeu pour une dernière transmission suspecte. Mais cette fois-ci rien à signaler, essai accordé et transformé par Benoit Paillaugue. 63ème 33-3. Alors que le bonus offensif est dans la poche, un manque de concentration permet à l’arrière briviste Laurent Ferreres de marquer un essai assassin. L’essai est transformé malgré la réclamation de la vidéo par le public montpelliérain un brin chambreur. 33-10 et plus de bonus. Ce bonus, le MHR ne veut pas le laisser filer et jette toutes ses forces dans la bataille pour franchir la ligne une nouvelle fois. Mais la fin de match devient brouillonne et un ballon porté du promu pousse les bleus et blancs à la faute. Pénalité tapée en touche, et nouvel essai briviste de son pilier Asieshvili. 33-17 à 7 minutes de la fin, 3 essais à 2, cette fois-ci la victoire à 5 pts échappe définitivement au MHR. Dans un dernier sursaut d’orgueil, le MHR tente de finir sur une bonne note une soirée quelque peu gâchée par une valeureuse équipe briviste. Des Brivistes qui passent les dernières minutes de la rencontre dans le camp montpelliérain et qui inscrivent un dernier essai à 30 secondes de la fin grâce à Gaëtan Germain. MHR 33-24 CAB score final. 

Une fin de match crispante, énervante, qui se conclue tout de même par une victoire de notre équipe. La première dans ce Top 14 et c’est tout ce qu’on retiendra, car le MHR doit se rattraper, il l’a fait, mais sans la manière. Mais pas le temps de douter, car un déplacement à Bordeaux attend nos ciste mercredi. Allez messieurs, au boulot, le travail finit toujours par payer.

Texte: Adrien Lignières

Crédit photos: Max Bérulier

Points MHR :

Drop : Trinh-Duc (10ème)
Pénalités : Paillaugue (22ème, 31ème, 35ème)
Essais : Nagusa (47ème), Pénalité (59ème), Sicart (62ème)
Transformations : Paillaugue (48ème, 59ème, 63ème)

Points CABCL :

Pénalités : Ferreres (28ème)
Essais : Ferreres (65ème), Asieshvili (73ème), Germain (80ème)
Transformations : Germain (66ème, 73ème, 80ème)

Composition MHR :

1. Yvan Watremez (40ème : 17. Mischa Nariashvili) – 2. Mickaël Ivaldi (50ème : 16. Charles Géli) – 3. Nicolas Mas (66ème : 23. Barry Fa’amausili) – 4. Jim Hamilton (72ème : 5. Thibault Privat) – 5. Thibault Privat (55ème : 18. Mickaël De Marco) – 6. Fulgence Ouedraogo – 7. Kélian Galletier (52ème : 19. Alexandre Bias) – 8. Alex Tulou – 9. Benoit Paillaugue (69ème : 20. Eric Escande) – 10. François Trinh-Duc – 11. Lucas Dupont – 12. Wynand Olivier – 13. Anthony Tuitavaké – 14. Timoci Nagusa (54ème : 21. Hamish Gard) – 15. Anthony Floch (22ème : 22. Benoit Sicard)

Composition CABCL :

1. Goderzi Shvelidze (17. Karlen Asieshvili) – 2. François Da Ros (39ème : 16. Guillaume Ribes) – 3. Kévin Buys (54ème : 23. Patrick Barnard) – 4. Simon Pinet – 5. Arnaud Mela – 6. Dominiko Woyaniborotu – 7. Hugues Briatte – 8. Kieran Murphy – 9. Thomas Sanchou (52ème : 20. Jean-Baptiste Péjoine) – 10. Riaan Swanepoel (71ème : 21. Romain Sola) – 11. Malakaï Radikedike (58ème : 22. Gaëtan Germain) – 12. Thomas Laranjeira – 13. Arnaud Mignardi – 14. Guillaume Namy – 15. Laurent Ferreres

Crédit photos : Max Bérullier

Photos
Vidéos